Ayu nous fait son cirque, mais n’est pas légende du rock qui veut.

C’est maintenant devenu un véritable rituel: la chanteuse de plastique Ayumi « fisheye » Hamasaki nous revient chaque année avec l’invariable pack look-différent-mais-album-identique, honni des oreilles mélomanes qui fuient la J-pop comme la peste, mais attendu par ses fans comme le Messie. Mais qu’on se le dise, cette fois, Ayu-la-rebelle n’a pas fait les choses à moitié: enregistré à Londres (ouah, trop hype) et intitulé Rock’n’Roll Circus en probable hommage aux Rolling Stones (pitié…), Ayu nous montre que le rock, ça la connaît!

Premier coup d’oeil sur la pochette, où l’on peut admirer ses yeux particulièrement globuleux:

J’ai donc écouté l’album pour vous (des fois, j’ai de sérieux doutes sur ma santé mentale).

On commence donc l’expérience la plus rock’n’roll de notre vie sur THE introduction (remarquez les majuscules, ben oui, faut bien la différencier des autres de ses précédents albums…), qui n’est autre qu’une sorte de soupe pseudo-épique mâtinée de sons électro plus cheap tu meurs, qui ne donne franchement pas envie d’aller plus loin. Heureusement, une petite minute trente plus tard c’est fini et…

…c’est là que l’album commence vraiment: en deuxième position, Microphone est donc censé être le titre phare, celui qui »cogne ». Il faut dire que la chanson commence plutôt bien, sur un son entraînant d’orgue d’église qui augure le meilleur. C’est là qu’on se surprend à penser « ce ne sera peut-être pas si mal après tout… » avant d’être brusquement ramené à la réalité: seulement dix secondes plus tard, ce qui n’était qu’une intro laisse la place sans transition à des riffs de guitare immonde et brouillons, une rythmique mille fois entendue, et dès que la voix survient on constate sans surprise qu’Ayu chante toujours aussi mal. Le refrain est ultra-cliché et lui aussi sans surprise vu qu’elle nous sert le même depuis 10 ans. L’orgue d’église reviendra en fin de morceau pour disparaître aussi brusquement qu’il était apparu, ce qui nous fait en tout 20 secondes de potable sur 4 minutes 30 de chanson. A oublier.

count down ne fait pas beaucoup mieux. Une balade un peu prog’ qui ne casse pas trois pattes à un canard, et qui aurait sans doute un peu mieux rendu avec une vraie chanteuse. Mais franchement rien de transcendant, et rien qu’on n’aie déjà entendu en mieux par d’autres artistes. Certes le titre se laisse plus facilement écouter que Microphone, mais c’est médiocre au mieux.

Vient ensuite Sunset ~LOVE is ALL~, un titre niaiseux et dégoulinant de bons sentiments, qui pour le coup n’a rien à faire sur un album « rock ». Le genre de balade J-pop entendu 1000 fois et qu’on n’a vraiment pas envie de réécouter, à moins d’être un fan du genre (et là désolé mais si c’est le cas, vous avez vraiment des goûts de chiotte).

Je vous laisse deviner le titre de la cinquième chanson… BALLAD (quelle originalité), non vous ne rêvez pas, c’est bien la troisième BALADE à la suite sur l’album et au vu de ses majuscules écrasantes, on devine que ça va être du lourd. Cette fois, c’est donc une BALADE orientalisante cliché à souhait, surjouée, surorchestrée, surchantée, avec des instruments traditionnels qui auraient pu être bien mieux exploités. Par ailleurs le titre n’est pas sans rappeller GREEN, sorti… il y a tout juste un an. Pour l’originalité on repassera…

Last Links commence bien mieux, sur une rythmique folk plutôt sympa. Rien d’original, mais la chanson rappelle ce que fait Do As Infinity, en moins bien (parce que la voix d’Ayu… no comment), et il faut avouer qu’il y a pire en matière de J-pop. Oui mais voilà, dès qu’Ayu fait quelque chose d’à peu près potable vous avez remarqué que ça ne dure jamais: et vas-y que je te balance ce refrain ultra-cliché entendu 584720281 fois et qui donne envie de se taper la tête contre les murs… bref on a cru que c’était un peu mieux, mais en fait non.

Avec le court interlude montage, on commence avec du dark ambient qui évoque un peu Le’ Rue Delashay ou Nox Arcana en moins bien produit, avant d’enchaîner sur une courte partie symphonique bien plus sympa et un interlude baroque très surprenant (qui n’est pas sans rappeler la BO de Versailles no Bara…) aussi court que réussi. C’est la bonne surprise de cet album, d’autant plus que youpi, sur cette piste Ayu ne chante pas…😀

Don’t look back, s’il n’échappe pas totalement aux clichés, réussit tout de même à nous surprendre grâce à ses sonorités indiennes pour le moins peu communes dans la discographie d’Ayu. Et disons-le franchement, c’est infiniment mieux que tout ce qu’on a entendu jusqu’à maintenant… même si ce côté « folk ethnique » n’est qu’un ajout, un arrangement bien travaillé qui vient se greffer sur une mélodie typiquement ayuesque. Mais par rapport à ce qu’on a entendu, ce n’est pas si mal.

Quoi, déjà un autre interlude?? Jump! utilise, tenez-vous bien, du chiptune… oui, du son de vieilles consoles! C’est la mode en ce moment. Il n’y a qu’à voir le succès de Crystal Castles pour s’en convaincre (même s’ils ne sont pas le meilleur groupe dans le genre loin s’en faut). Bref back to topic, malgré tout mon amour pour le chiptune bien fait je dois admettre que ce titre est très médiocre, répétitif, et la voix ne fait qu’ajouter au massacre. Passons au suivant.

Lady Dynamite nous propose un arrangement très vaguement rock (enfin du rock à la Ayu hein, on se comprend…), et une fois de plus l’originalité n’est pas de mise. C’est chiant, répétitif et toujours pareil. Surpris? Non? Moi non plus.

Sexy little things m’a beaucoup plus accrochée. Cette fois mi-chiptune mi-electro, un peu enfantin, entraînant et addictif, ce titre très agréable à écouter possède un certain charme, et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce style de la part d’Ayu. La meilleure chanson de l’album sans aucun doute.

Sunrise ~LOVE is ALL~ est encore un titre électro, malheureusement raté. La voix d’Ayu y sonne de manière particulièrement horrible et musicalement, c’est toujours le même truc. J’accroche pas.

Et une BALADE mielleuse de plus, une! meaning of Love est de ces titres qui vous donnent envie de vous tirer une balle dans la tête. Une habitude chez Ayu, mais moi, je zappe.

Et de CINQ! You were… est tout pareil que meaning of Love: une BALADE nullissime que vous pouvez remplacer par quasiment n’importe quel titre d’Ayu, vous ne verrez même pas la différence. Non pitié, là, c’est abusé…

Allez, courage plus qu’une… RED LINE ~for TA~ est un titre pop-rock qui n’est une fois de plus qu’une redite (qu’est-ce que j’espérais?)… je suis certaine d’avoir déjà entendu ça des dizaines, des centaines, des milliers de fois et en plus, c’est nul. Ouf, c’est fini. Je peux souffler?


Pauvre Ayu. La frange au ras des paupières et les 17 pots de fard n’ont pas suffi à atténuer ses yeux de merlan frit…

Voilà. Soyons honnêtes: je ne suis pas déçue, car je n’en espérais rien. L’écoute de Rock’n’Roll Circus n’a fait que confirmer ce que je savais déjà: Ayu, c’est toujours pareil. Elle chante toujours aussi mal. Deux chansons sont potables, dont une seule vraiment bonne. Le reste est inécoutable et le pire, c’est que ses fans vont l’acheter et trouver ça génial et terriblement original, comme à chaque fois. Je les plains franchement d’avoir de la merde dans les oreilles.

Pour voir le bon côté des choses, l’écoute de l’album m’aura tout de même permis de découvrir Sexy little things que j’aime beaucoup. Eh oui, à chacun son guilty pleasure non?😀

Cet article, publié dans Choses à écouter, Coup de gueule, Critique album, Niaiserie japonaise, Queen of J-trash, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Ayu nous fait son cirque, mais n’est pas légende du rock qui veut.

  1. Ping : Ayu à Hollywood! Planquez-vous, ça va saigner… « Le Tabloid Jpop

  2. dryagi dit :

    J’oserai même pas écouter ça, vu ta critique ça me donne encore moins envie…

    Namie est la reine incontestée de la J-pop y’a pas à dire.

    • Soru dit :

      Mouais, Namie ça casse pas des briques non plus, mais tant qu’à choisir mon choix est vite fait🙂

      • dryagi dit :

        Namie ça casse pas des briques?? Pourtant c’est plus festif que tous tes trucs de névrosé non? :S

      • Soru dit :

        Tu as quelque chose contre la musique de psychopathe? ^^

        Je sais pas si Namie c’est festif, elle a quelques chansons sympa je le concède. Mais ça s’arrête là pour moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s